Tragédie 08/01/2022

Au petit matin du 8 janvier, vingt-huit personnes sont parties en canot pneumatique de Dar El Kebdani. Ce n’est qu’à midi, alors qu’ils avaient déjà perdu la communication avec le zodiac, que nous avons reçu l’alerte et l’avons immédiatement transmise aux services de secours publics. Nous ne savons pas quelles méthodes de recherche ont été activées cet après-midi-là, mais ce qui est certain, c’est qu’aucun moyen n’a été mobilisé spécifiquement pour rechercher ces personnes.

Pendant la nuit, il a été possible de contacter à nouveau le navire, mais aucun moyen n’a été activé jusqu’aux premières heures du matin. Un moyen maritime aux premières heures du matin et un moyen aérien le lendemain matin, alors qu’il était déjà trop tard. Le sauvetage maritime a appelé notre Collectif en demandant si nous avions plus d’informations sur les personnes à bord : s’il y avait des femmes, combien de personnes étaient à bord, si elles étaient d’origine subsaharienne… Des données qu’ils avaient depuis des heures, signe de la négligence du sauvetage maritime dans la collecte d’informations sur les personnes en danger et l’activation des moyens de recherche.

Quelques jours plus tard, la mer a ramené cinq corps, quatre femmes et un homme, qui, à ce jour, attendent toujours d’être identifiés et enterrés selon le rite musulman, des croyances que leurs familles disent avoir professées de leur vivant.

Jour de départ
samedi 8 janvier, 2022
Jour de la tragédie
20220108
29

Personnes à bord

Hommes
17
Femmes
9
Enfants
3
VILLE DE DÉPART
Dar El Kebdani

DONNÉES DES VICTIMES

24

Disparues

5

Morts

RAPPORTS

Consultez et téléchargez les rapports préparés par notre collectif. Faites écho à la construction de la pensée et aux connaissances des migrants générées au cœur des frontières.