Yappi Rodrigue

Yappi rodrigue

Depuis qu’il a parlé pour la dernière fois à sa famille le 21 novembre 2020, il n’a plus donné de nouvelles. Sa femme et sa sœur continuent de le rechercher, sachant qu’il se trouvait à bord d’un bateau qui a quitté Dakhla et a disparu le 22 novembre.

Touba Diop

touba-diop

Il a disparu avec un bateau dans lequel il voyageait avec Mbaye Mbengue dont on ignore combien d’autres personnes étaient avec eux.

Thierno Moussa

Thierno Moussa

Il est parti dans l’un des deux bateaux, l’un avec cinquante-neuf personnes et l’autre avec trente et une. Son frère est à sa recherche depuis sa disparition.

Takouleu Noussi Romeo

TAKOULEU-NOUSSI-ROMEO

Il est parti avec trente et une ou cinquante-neuf personnes, il était sur l’un des deux bateaux qui sont partis en même temps. Sa grande sœur le cherche.

Tahar Mohamed Mahmoudi Bouziani

Depuis sa disparition à Oran en janvier 2021, sa famille est à sa recherche. Il a un tatouage sur sa poitrine gauche en forme de cœur.

Soumahoro Assata

Soumahoro Assata

« Aidez-moi, je ne sais pas quoi faire », a dit son fiancé. Il lui avait payé un voyage pour acheter des marchandises à Abidjan-Casablanca afin qu’elle puisse les revendre dans le pays, mais elle ne savait pas qu’elle tenterait de passer en Espagne depuis le Maroc. La date précise de sa disparition n’est pas connue, elle se trouvait sur un bateau qui a disparu en mars 2020 et qui comptait entre trente-quatre et trente-six personnes.

Samba Baya

Il avait le sentiment de ne pas pouvoir aider suffisamment sa famille dans sa situation difficile, il s’inquiétait pour ses parents, qui étaient trop âgés pour continuer à travailler dans les champs. Voyant que des jeunes comme lui étaient capables d’améliorer leur situation, il a décidé de partir après que sa mère lui ait donné sa bénédiction. C’est la dernière fois qu’ils l’ont vu, après sa mort dans la tragédie de Tarajal. Son père souligne avec colère la responsabilité du gouvernement espagnol dans la mort de Samba. « Il n’y a rien qui puisse le dédommager de la douleur de cette perte », soutient-il.

Vous pouvez en apprendre davantage sur son histoire dans notre documentaire « Tarajal: Transformar el dolor en Justicia »

Sallé Fofana

Il a quitté la Mauritanie vers le 20 février, probablement sur un bateau qui a disparu ces jours-là, bien qu’on ne sache pas exactement.

Rokiatou Konate

La petite Rokiatou Konate, âgée de douze mois, et sa mère, Tienaka Diomande, ont embarqué les 29/30 septembre à Dakhla sur un bateau qui a disparu depuis. Ils pourraient faire partie des victimes d’un bateau qui a disparu avec tous ses occupants, parti de Dakhla le 30 septembre.

Pape Demba Dieng

Pape Demba Dieng

En août, il était à Laayoune, et on a eu de ses nouvelles pour la dernière fois en octobre. Ses proches le recherchent.

Moussa Diakite

Il a été contacté pour la dernière fois par sa famille le 4 avril, le jour où il est parti dans un bateau avec 47 personnes, dont deux femmes. Sa famille est toujours à sa recherche.

Mbaye Mbengue

Mbaye Mbengue

Il était dans une embarcation avec a rel= »noreferrer noopener » href= »https://caminandofronteras.org/victimas/touba-diop/ » data-type= »URL » data-id= »https://caminandofronteras.org/victimas/touba-diop/ » target= »_blank »>Touba Diop et d’autres personnes dont le nombre exact était inconnu au moment de sa disparition.

Mamadou Tiessama Diarra

Il a quitté la Mauritanie le 28 décembre. Sa famille a d’abord pensé qu’il était peut-être arrivé mais, quelques mois après sa disparition, ils sont toujours à sa recherche.

Mamadou Bobo Balde

Mamadou Bobo Balde

Il était à Tanger, on ne sait pas exactement quand il a disparu ni s’il est monté à bord d’un bateau.

Koné Abdoul

Le jeune homme de 29 ans a embarqué quelque part au Maroc le 22 novembre 2020 avec trente-quatre autres personnes. Ce jour-là, il a eu la dernière communication avec sa famille, qui le recherche depuis lors.

Koita Djegui

De Mauritanie, il est parti dans un bateau avec 62 personnes dont on n’a plus entendu parler.

Kameni Idriss Carlos

KAMENI-IDRISS-CARLOS

Il serait parti dans un bateau avec cinquante-neuf personnes, dont dix femmes et deux enfants. Son grand frère le cherche depuis lors

Ibrahim Medjidi

Il a quitté la plage de Madegh à Oran (Algérie) à bord d’un zodiac dans la nuit du 24 mars. Sa famille est toujours à sa recherche.

Foray Fainah Koroma

De la Mauritanie, le pays où il vivait, il est parti sur un bateau à destination de l’Espagne le 16 janvier 2021. Il était avec d’autres amis, soit 58 personnes au total. Le bateau entier est toujours manquant.

Étienne Philippe

etienne philippe

Aussi connu sous le nom de Simon Théa, il serait parti dans un bateau avec un total de soixante personnes. Depuis ce jour, son oncle essaie de le retrouver vivant.

Diarra Kamatigui

Diarra Kamatigui

La date exacte de sa disparition est inconnue, elle remonte à trois ans.

Abdoulaye Seck (Elhaj)

Il a quitté Tanger en 2013 et a été porté disparu depuis. Son frère est toujours à sa recherche.

Ablaye Dieme

Ablaye dieme

La dernière fois que sa famille a été en contact avec lui, il venait d’arriver à Tanger en provenance de Fès (Maroc) avec l’intention d’essayer de traverser à partir de là. Ils savent qu’il a embarqué sur un bateau, mais ils n’ont pas eu de nouvelles depuis.

Cheickhou Mangane

À bord d’un zodiac, un navire très dangereux sur la route des îles Canaries, il se trouvait avec cinquante et une autres personnes lorsqu’il a disparu. Sa famille le recherche depuis lors.

Bri Odio Ange Christelle

BRI-ODIO-ANGE-CHRISTELLE

Sa sœur la cherche depuis que le bateau sur lequel elle se trouvait avec 59 autres personnes a disparu.

Bontouraby Sylla

Il est parti dans un bateau avec vingt-neuf autres personnes à huit heures du soir. Après trois semaines, une personne a été secourue en Mauritanie. Sa marraine est à sa recherche depuis sa disparition.

Balla Moussa Badji

Balla Moussa

Au Sénégal, il était dans l’armée et au Maroc, il a travaillé pour une société de transport. Sa famille n’a plus de nouvelles de lui depuis février-mars 2020.

Bacar Camara

Il est parti aux premières heures du matin, à trois heures, avec deux autres amis dans un bateau de 39 places. Leurs familles sont toujours à leur recherche.

Babacar Ndiaye

Il a quitté le Maroc à minuit, il y avait quatorze personnes sur le bateau. Il avait vingt-six ans quand il a disparu. Son frère le cherche.

Assane Ka

Assane Ka

Il voulait traverser, mais on ne sait pas s’il a jamais essayé de le faire. La dernière fois que sa famille l’a contacté, c’était en janvier 2019, mais il n’y a aucune certitude sur le jour précis.

Aminata Kante

Depuis qu’elle a quitté Dakhla le 14 février 2020, sa famille n’a plus entendu parler d’elle.

Amadou Wurry Jallow

Depuis qu’il a quitté Dakhla le 28 mai avec 36 autres personnes, sa famille est sans nouvelles de lui.

Ahamada Koita

Jeune homme de 18 ans qui a quitté la Mauritanie dans la nuit du 28 décembre 2020 dans un bateau avec 46 autres personnes. Son grand frère le cherche depuis lors.

Alpha Oumar Kaba

Alpha Oumar

Surnommé « Le Géant », ses amis disent que la dernière fois qu’ils l’ont vu, c’était à Dakhla, ils ne savent pas s’il est parti de là. Son frère le cherche, furieux parce qu’il ne l’a pas contacté pour lui dire qu’il allait voyager. Il ne connaît pas la date exacte de sa disparition.

Mbene Diop

Jeune sénégalaise, morte sur la route du détroit à seulement 21 ans. Coiffeuse, elle s’était installée au Maroc pour économiser de l’argent et subir une opération qui lui permettrait de devenir mère. Elle avait peur de mourir dans une salle d’opération dans son pays d’origine, d’où la nécessité de venir en Espagne. Malheureusement, son corps a été retrouvé sans vie près de la ville d’Algésiras (Espagne) par les services de secours espagnols.

Aziz Echikhe

AZIZ-ECHIKHE

Au petit matin du 24 juillet, onze personnes, dont Aziz et un jeune mineur, ont pris la route de l’Algérie. Depuis ce jour, les familles ignorent où ils se trouvent.

Kouider Daoujadi Khaled

Khaled a embarqué avec huit hommes et une femme pour tenter de rejoindre l’Espagne. On ne sait toujours pas où il se trouve.

Djahida Meziani

Djahida, dix-neuf ans, a appelé son père à plusieurs reprises pendant sa traversée sur une embarcation de fortune. Mais elle a fini par perdre ne plus avoir de réseau. Malgré les rumeurs de sauvetage par les marocains, ni elle ni les dix autres personnes à bord n’ont donné signe de vie.

Kacou Simon

kacou simon

Originaire de Côte d’Ivoire, sa sœur ne sait pratiquement rien concernant sa disparition. La dernière fois qu’elle l’a vu vivant, c’était dans une vidéo où Kacou semblait traverser une forêt. Il a peut-être tenté de rejoindre l’Espagne en bateau mais les informations ne sont pas claires.

Donzo Ferebory

D’après sa famille, il serait parti à bord d’une embarcation en direction des îles Canaries entre le 14 et le 17 février 2020. Depuis lors, ils espèrent toujours le retrouver vivant.

Larios Fotio

Un jour, il est allé voir son frère aîné pour lui dire qu’il voulait aller à l’université. Il n’avait pas pu y étudier auparavant à cause de la mort de son père et du manque de moyens économiques de sa mère. Il pensait qu’il devait se battre pour se construire un avenir, comme quand il était enfant. Sa famille se souvient de lui comme d’une personne très combative et pleine de ressources. Le corps de Larios se trouve à Ceuta, dans une niche funéraire numérotée. Sa famille réclame toujours de pouvoir voir sa tombe et lui offrir de dignes funérailles.

Vous pouvez en apprendre davantage sur son histoire dans notre documentaire « Tarajal: Transformar el dolor en Justicia »

Kechai Nourddine

Sa femme affirme que Nourddine a embarqué aux côtés de dix-huit personnes environ en direction de l’Espagne. Elle n’a plus jamais entendu parler de lui.

Soumahoro Makoko

Elle se trouvait dans la ville de Dakhla dans le but de mettre le cap sur les îles Canaries. Depuis sa disparition à la veille de Noël 2019, son frère ne sait pas avec certitude si elle a pu mourir en mer ou si elle est toujours vivante.

Kanaté Souleyman

Ce jeune garçon de douze ans a disparu avec le reste de l’équipage alors qu’ils faisaient route vers les îles Canaries à bord d’un bateau de fortune (patera). Sa mère et sa sœur, arrivées à Las Palmas à bord d’un autre bateau, ne l’ont jamais revu vivant.

Toure Fatoumata

toure fatoumata

Fatoumata voyageait vers les îles Canaries. Son embarcation est partie le 18 décembre 2019. Ce jour-là, plusieurs bateaux ont été repêchés par les services de secours. Cependant, elle n’a plus jamais donné signe de vie. Il est possible qu’elle ait péri pendant la traversée. Son frère vit dans cette incertitude constante.

Sy Amadou

Sa sœur l’a contacté pour la dernière fois le 23 novembre à 20 heures. Amadou affirmait être parti sur une embarcation avec soixante-douze autres personnes dans le but de traverser la mer d’Alboran.

Mamadou Bah

mamadoubah

Il se trouvait dans le nord du Maroc, prêt à embarquer à tout moment sur la mer d’Alboran. Ses deux frères n’ont aucune nouvelle de lui depuis des mois. Ils espèrent qu’il est encore en vie.

Mouna Brahim

Ce jeune algérien de 27 ans a quitté la ville de Mostaganem sur un bateau de fortune (patera). Parmi les treize personnes à bord se trouvait un mineur de seize ans. Sa mère affirme qu’une femme à l’accent marocain a répondu au téléphone de Brahim. Mais ils ne savent toujours pas s’il a survécu.

Fode Soumaré

L’oncle de Soumaré n’a pratiquement aucune information concernant sa disparition. Il affirme qu’entre le 26 et le 28 octobre 2019, il a entrepris de traverser Alboran avec soixante personnes, et depuis lors, il n’a plus entendu parler de son neveu.

Koudji Mehdi

Mehdi est un jeune algérien diabétique. Sa sœur, installée en France, s’inquiétait beaucoup pour sa santé. Après avoir embarqué dans une embarcation de fortune (patera) à Tipaza (Algérie), personne n’a plus jamais entendu parler de lui ni des treize personnes (dont deux femmes) qui l’accompagnaient. Certaines rumeurs affirmant qu’ils étaient arrivés à Carthagène ont entretenu l’espoir des familles mais ce qui est sûr, c’est que Mehdi n’a toujours pas donné signe de vie.

Abbou Abdenour

Son frère affirme que Abbou voyageait sur un bateau de fortune (patera) avec 16 autres personnes. Selon ses informations, ils étaient partis de la région de Mostaganem (Algérie) et deux d’entre eux ont été retrouvés par les Sauveteurs en mer à 50 kilomètres d’Almeria. Cependant, il n’y a aucune trace des 15 autres personnes (dont Abbou).

Mariam Cissé

Mariam est une femme de 33 ans, originaire de Guinée. Elle a disparu dans le détroit après avoir embarqué sur un bateau gonflable de type jouet de plage. Ni elle ni aucun de ses compagnons de route n’ont donné signe de vie.

Découvrez toute son histoire et le combat que son mari a initié afin d’obtenir justice: « Le faux espoir de retrouver Mariam Cissé »

Mogidish Sherif Mohamed Sofiane

Sa sœur sait seulement que Mohamed Sofiane est parti de la côte algérienne à la recherche d’une vie meilleure. Ne sachant pas avec qui il a embarqué, elle n’a aucune information concernant l’endroit où pourrait se trouver son frère disparu.

Thiago Maurice

thiago maurice

Le frère de Thiago sait qu’il a réussi à embarquer pour l’Espagne, en 2018, à la veille de Noël, sur un bateau de fortune (patera). Mais il n’y a aucune trace de cette embarcation. Nous manquons de documentation concernant la tragédie de ce 24 décembre 2018. L’impossibilité de reconstituer le drame dans lequel il a peut-être perdu la vie maintient sa famille dans une souffrance insupportable.

Cissé Vakaba

Il aurait entrepris de traverser la mer d’Alboran le 19 décembre 2018. Depuis ce jour, sa sœur n’a plus eu de contact avec lui. Elle craint que son Cissé ait tragiquement perdu la vie en mer, mais personne n’a pu le lui confirmer.

Ousman Touré

Selon les informations dont disposent ses proches, il aurait embarqué sur un bateau de fortune (patera) avec sa nièce, Nesta Savane. La famille a mené des recherches qui se sont révélées infructueuses jusqu’à présent puisqu’elle n’a pas réussi à savoir avec certitude s’ils avaient ou non péri lors d’une tragédie.

Aboubakar Gassama

Aboubakar se trouvait au Maroc. C’est la seule information dont dispose son frère. Il ne sait pas exactement dans quelle ville il a pu disparaître ni même s’il a essayé de passer en Espagne. Malgré tout, il continue de le chercher.

Nesta Savane

Nesta Savane

Selon les informations dont disposent ses proches, elle aurait embarqué sur un bateau de fortune (patera) avec son oncle, Ousman Touré. La famille a mené des recherches qui se sont révélées infructueuses jusqu’à présent puisqu’elle n’a pas réussi à savoir avec certitude s’ils avaient ou non péri lors d’une tragédie.

Boubou Sylla

Boubou Sylla

Jeune homme originaire de Côte d’Ivoire, il voyageait avec son frère et 57 autres personnes. Après avoir fait naufrage, les survivants secourus ont été répartis entre Melilla et Motril. Son frère l’a cherché dans les deux villes sans pour autant jusqu’à présent le retrouver.

Maïsa

La disparition de cet homme lors de la tragédie du 14 mai 2017 a été confirmée.

Samuel Kabamba

Samuel avait quatre ans lorsqu’il a été retrouvé mort sur une plage de Barbate (Cadix, Espagne). Il était le plus jeune d’une fratrie de six. Sa mère Véronique avait à plusieurs reprises demandé des visas afin de pouvoir se rendre en Europe pour traiter les problèmes cardiaques dont souffrait le petit garçon ainsi qu’un cancer dont elle était atteinte. Après avoir essuyé un refus, Véronique et le petit Samuel ont été contraints de risquer leur vie sur un bateau de fortune (patera). Le 14 janvier 2017, tous deux sont morts tragiquement sur la route maritime du Détroit. Le corps de Véronique a dérivé jusqu’aux côtes algériennes.
Découvrez son histoire et celle du combat de sa famille pour obtenir justice : « Le petit Samuel ».

Veronique Kabamba

Il s’agit d’une femme d’origine congolaise dont le corps a été retrouvé au large des côtes algériennes. Elle voyageait avec son fils Samuel dont le corps a également été retrouvé mais sur la plage de Barbate (Cadix, Espagne). À plusieurs reprises, Véronique avait demandé un visa pour l’Europe afin de pouvoir y soigner son cancer ainsi que les problèmes cardiaques dont souffrait son fils. Suite au rejet de ses demandes, elle avait été contrainte de risquer sa vie sur un bateau de fortune (patera) avec son petit garçon.
Découvrez son histoire et celle du combat de sa famille pour obtenir justice : « Le petit Samuel ».

Larisa

Larisa est la plus jeune de la fratrie. Elle travaillait comme coiffeuse en Côte d’Ivoire mais elle avait eu l’ambition personnelle d’aller tenter sa chance au Maroc. Sa prestance lui valait le surnom de « Petite étoile » car partout où elle allait, elle était entourée de nombreux amis. Tous la définissent comme affectueuse et sociable, tout en soulignant néanmoins son fort caractère: « Il n’y avait pas moyen de la faire changer d’avis ».

Ndenkou Audrey Dave

Résidant dans la capitale marocaine, sa tante vit toujours dans l’angoisse après des années sans savoir ce qui a pu arriver à son neveu Dave, surnommé « Ismaël » par ses compagnons de route.

Ousman Hassan

Avant de quitter son pays, il travaillait dans la couture. Mais il pensait que l’argent qu’il gagnait grâce à ce métier, qu’il avait appris après l’école, n’était pas suffisant pour poursuivre ses études en même temps que d’aider ses frères. En se construisant une nouvelle vie, il aurait pu réussir à changer progressivement celle de sa famille. « Ça fait mal de ne pas pouvoir enterrer dignement un être cher. »

Vous pouvez en apprendre davantage sur son histoire dans notre documentaire « Tarajal: Transformar el dolor en Justicia »

Nana Roger Chimie

Sa grande sœur s’en est occupée comme de son fils. Grâce à elle, il a pu aller à l’école puis au lycée. Un jour, elle a reçu un appel de l’étranger lui annonçant que son frère était mort en tentant de gagner l’Espagne à la nage.

Vous pouvez en apprendre davantage sur son histoire dans notre documentaire « Tarajal: Transformar el dolor en Justicia »

Daouda Mahatma

Il étudiait et travaillait en même temps. Sa famille se souvient de lui comme d’un travailleur acharné et courageux. Avant de tenter la traversée, il avait appelé sa tante, sa mère et son frère afin qu’ils prient pour lui. Ça a été la dernière fois qu’ils lui ont parlé. De jeunes garçons leur ont dit que Daouda était mort. L’ambassadeur du Cameroun au Maroc avait fait la promesse de lui offrir des funérailles afin qu’il puisse reposer en paix. Il leur a envoyé une photo de sa sépulture.

Vous pouvez en apprendre davantage sur son histoire dans notre documentaire « Tarajal: Transformar el dolor en Justicia »

Bilong Yves Martin

Après le baccalauréat, Roth, comme l’appelait sa famille, s’était consacré à la pratique du football. Il avait quitté son pays avec l’ambition de devenir footballeur. En arrivant au Maroc, il avait dit qu’il y vivrait de petits boulots et continuerait à jouer au football. Ses amis ont appelé sa famille en disant qu’il avait été abattu avant que sa mort ne soit annoncée à la télévision. Bien que son corps soit loin, une sépulture a été construite dans son village/sa ville ? afin d’honorer sa mémoire.

Vous pouvez en apprendre davantage sur son histoire dans notre documentaire « Tarajal: Transformar el dolor en Justicia »

Bikai Luc Firmin

bikai

Le 6 février 2014, il a contacté son père pour la dernière fois : « Papa, ne t’inquiète pas pour moi, je vais reconstruire ma vie, je sais que Dieu me protège. ». Le Noël précédent, quand Bikai lui avait fait part de son intention de partir, son père lui avait promis de lui ouvrir le chemin par la prière. Depuis lors, ils célèbrent chaque année une messe en sa mémoire, une façon d’entretenir le souvenir face à la douleur de ne pas savoir ce qu’est devenu son corps ni où il se trouve.

Vous pouvez en apprendre davantage sur son histoire dans notre documentaire « Tarajal: Transformar el dolor en Justicia »

Armand Ferdinand Souop Tagne

Sa famille raconte qu’Armand est allé à l’école comme les autres enfants, qu’il était très intelligent. Le 6 février 2014, à midi, ils ont reçu un appel leur annonçant sa mort.

Aboubakar Oumarou Maiga

Dans son pays, il travaillait dans le secteur de la blanchisserie. Il l’a quitté dans le but d’offrir une meilleure vie à ses jeunes frères et à sa mère. « Maman, je vais chercher de l’argent pour que tu puisses te reposer comme les autres mères de famille. » Son corps a été enterré au Maroc, mais sa famille ne sait toujours pas à quel endroit.

Aboubakar est l’une de ces personnes ayant trouvé la mort dans la tragédie de El Tarajal le 6 février 2014. Retrouvez toute l’histoire ici :