Helena Maleno : « Le concept de réfugié ne prend pas en compte d’autres réalités telles que les personnes déplacées ou les victimes de la traite ». – Atalayar

18 mai 2022

Publié par Atalayar le 29/06/2020 – Photographie par Dikobraz

Le XXe siècle a été un siècle de transition marqué par la violence et la barbarie. Cela s’est surtout manifesté pendant la Première et la Deuxième Guerre mondiale. Ce siècle a également connu des moments de réflexion où des concepts tels que la « vérité » ou la « justice » sont devenus les protagonistes incontestés d’une société désireuse de changer et de ne pas oublier. Au cours de la dernière décennie du XXe siècle, des militants et certains dirigeants politiques ont commencé à travailler pour combattre toute violation des droits qui se produisait dans le monde. Cependant, ces airs et ces grâces de changement ont subi un revers ces dernières années, comme l’explique Helena Maleno, défenseuse des droits de l’homme, journaliste et chercheuse sur la migration et la traite des êtres humains, dans son livre « Mujer de Frontera ». 

La lutte pour les droits des populations migrantes de passage au Maroc a changé à jamais la vie d’Helena. Un après-midi, alors qu’elle rentrait chez elle après avoir récupéré sa fille à l’école, deux policiers en civil l’attendaient. L’enquête contre Maleno a été ouverte au Maroc fin 2017, suite à un dossier controversé envoyé par la police espagnole à son homologue marocain. Cette affaire – qui a finalement été classée – a déclenché un mouvement international qui a révélé à quel point la criminalisation des droits de l’homme existe au XXIe siècle. « Le processus de criminalisation comprend un premier niveau de criminalisation primaire, lié aux normes, et un deuxième niveau de criminalisation secondaire dans lequel les organes de contrôle – juges, police, etc. – agissent dans la sélection des illégalismes (violations des normes pénales) qui doivent être poursuivis pénalement et des sujets qui doivent être criminalisés », indique un rapport produit par Protection International (PI).  

Dans son livre « Mujer de Frontera », Helena Maleno explique en première personne comment elle a vécu ce processus et comment il a transformé sa vie et celle de tous ceux qui l’entourent. « La solidarité est persécutée comme un crime parce qu’elle brise un système qui est parfois nécropolitique, c’est-à-dire un système de mort qui donne de l’argent », a-t-elle déclaré dans une interview avec Atalayar, soulignant que les cas rendus visibles sont en réalité ceux de certains défenseurs des droits de l’homme, tandis que les droits des migrants qui sont réellement persécutés et criminalisés sont relégués au second plan. 

Imagen de la defensora de derechos humanos y activista Helena Maleno con su libro 'Mujer de Frontera. Defender el derecho a la vida no es un delito'
PHOTO/ DIKOBRAZ – Image de la défenseuse des droits de l’homme et activiste Helena Maleno avec son livre « Mujer de Frontera. Defender el derecho a la vida no es un delito « 

Helena a expliqué à Atalayar que, pour elle, écrire ce livre était un processus « très difficile » car raconter tout ce processus à la première personne était quelque chose qui « lui faisait peur ». « En fait, j’effaçais des paragraphes et j’étais en lutte constante avec moi-même. Cependant, à un moment donné, j’ai trouvé la voix que je cherchais et j’ai décidé de le dire comme ça. Et je l’ai fait parce qu’il est nécessaire de le dire », a-t-elle admis. « J’ai écrit ce livre pour faire comprendre aux gens comment ma façon d’être dans ce processus judiciaire a changé et comment la frontière a eu un impact sur mon corps. Et non seulement cela, mais j’ai essayé d’expliquer comment cette frontière a eu un impact sur le corps de nombreuses personnes avec lesquelles j’ai partagé des expériences au fil des ans », a-t-elle déclaré.  

« En ce moment, je réfléchis à ce que seront mes prochaines étapes. Les administrations publiques elles-mêmes auraient dû lancer une enquête. Mais le problème est qu’en Espagne, il n’y a pas de culture de la réparation. Au-delà de cela, il y a aussi tout le processus de demande de justice, et franchement, j’ai besoin de prendre une respiration et de voir ce que je vais faire à partir de là. De plus, nous devons garder à l’esprit que je ne suis pas seule. Mon combat n’est pas un cas individuel et, en tant que tel, nos stratégies visent à obtenir une justice collective qui atteigne d’autres camarades qui luttent également aux frontières », a-t-elle déclaré.  

Alors que les concepts de réparation symbolique et de justice font la une de nombreux journaux, des centaines de personnes continuent de subir les conséquences de l’inégalité par le biais de réseaux criminels. Dans le livre « Mujer de Frontera », Helena parle de modèles où la lutte contre la traite des êtres humains est liée aux droits de l’homme.  Lors de l’entretien avec Atalayar, l’auteur de ce livre a insisté sur la nécessité de « concevoir une loi contre la traite qui reconnaisse toutes les formes de ce phénomène qui existent, ainsi que de disposer d’une force de police qui ne soit pas liée au contrôle de l’immigration avec une formation aux droits de l’homme et des victimes qui ne dépendent pas de la volonté des organisations sociales », a-t-elle expliqué. « Il faut une forme de détection plus complète, impliquant les administrations publiques, et avec une loi anti-traite qui joue un rôle important au sein de l’État espagnol », a-t-elle déclaré.

Portada del libro 'Mujer de Frontera' escrito por la defensora de derechos humanos y activista Helena Maleno
PHOTO/DIKOBRAZ – Couverture du livre « Mujer de Frontera » écrit par la défenseuse et activiste des droits de l’homme Helena Maleno

En 2006, Louise Arbour, le Haut-Commissaire des Nations unies aux droits de l’homme, a donné les premiers coups de pinceau de ce qui allait devenir ce que nous connaissons aujourd’hui comme la justice de transition. Selon elle, « la justice transitionnelle devrait contribuer à transformer les sociétés opprimées en sociétés libres en s’attaquant aux injustices du passé par des mesures qui conduiront à un avenir équitable ». Cette justice doit s’attaquer aux crimes et aux abus commis pendant le conflit qui a conduit à la transition, mais elle doit aussi aller au-delà et s’attaquer aux violations des droits de l’homme qui ont précédé le conflit et l’ont provoqué ou y ont contribué.  Dans beaucoup de ces processus, il n’y a pas de place pour les réfugiés, les condamnant d’une certaine manière à l’oubli. « Pour commencer, nous devons analyser le concept de réfugié », a déclaré Mme. Maleno. « C’est un concept très étroit car il est né pour une population européenne après la Seconde Guerre mondiale, c’est-à-dire un concept très limité qui n’a pas d’autres réalités comme le déplacement dû au changement climatique ou les femmes victimes de la traite ».  

La defensora de derechos humanos y activista Helena Maleno
PHOTO/ DIKOBRAZ- La défenseuse et activiste des droits de l’homme Helena Maleno  

D’autre part, l’auteur du livre « Mujer de Frontera » considère que le concept de réfugié a été utilisé par le système « pour faire une distinction entre les migrants économiques et les réfugiés ». « Le droit d’asile est parfois conçu pour tamiser et séparer les populations et n’a pas d’approche fondée sur les droits de l’homme », a-t-elle critiqué. Il estime également que « c’est une chose de poursuivre un crime, qui devrait être traité par la police, et une autre de réparer les droits, victime par victime ». Sur ce point, Helena Maleno a averti que, dans de nombreuses occasions, lorsque les droits de ces victimes ne sont pas réparés, ils sont repris par les réseaux criminels.  

« Nous devons être conscientes qu’en tant que femmes, nous sommes plus persécutées. Il y a plusieurs niveaux de persécution et de criminalisation. De plus, le fait d’être une femme est toujours utilisé comme une couche pour poursuivre la solidarité. Si vous êtes également une femme noire ou en situation irrégulière, la persécution est plus grande. Il y a beaucoup de situations qui doivent être analysées et que nous ne pourrons surmonter que si nous misons sur cette protection collective », a déclaré Mme. Maleno dans une interview avec Atalayar. 

Pour l’auteur du livre « Mujer de Frontera », le concept de soutien mutuel et de solidarité « est nécessaire pour survivre face à la mort ».  Cette année, en Europe, nous avons dû regarder la mort en face avec l’apparition du coronavirus. Cependant, les communautés de migrants sont confrontées à la mort simplement parce qu’elles se déplacent ou traversent une frontière. « La mort est présente et la mort est confrontée à des stratégies de vie et de survie. Ce sens de la communauté et de la famille, du sang et du choix, est très important sur la dure route de la migration », a-t-elle déclaré. 

Le courage et la force qui définissent Mme. Maleno sont les mêmes caractéristiques que celles qui caractérisent les milliers et les milliers de personnes qui, à un certain moment de leur vie, n’ont d’autre choix que de fuir leur pays. « Après tout, c’est une lutte pour la vie », a déclaré Mme. Maleno. « Certaines des femmes à qui j’ai eu l’occasion de parler m’ont dit qu’elles n’avaient pas le droit d’émigrer, mais qu’elles n’avaient pas le droit de ne pas le faire non plus ». C’est une lutte constante pour la vie, une vie qui pour eux « est une lutte » et dans laquelle des gens comme eux sont « les soldats de la vie ». Ils ont la possibilité d’utiliser le langage militaire qui a toujours été utilisé pour les criminaliser pour avoir fui leur pays afin de défendre leur vie. « C’est bien, n’est-ce pas ?  », a conclu Mme. Maleno.

Laisser un commentaire