Tragédie 15/05/2022

Le 11 mai, les familles des cinquante-neuf personnes présentes à bord du zodiac ont été averties de la situation de leurs proches. Ils avaient perdu la communication avec eux, qui n’a été rétablie que plusieurs jours plus tard.

Lorsqu’ils ont réussi à communiquer à nouveau, ils ont signalé qu’ils étaient près de la côte de Tarfaya. Ils ont essayé d’envoyer des positions, mais elles n’étaient pas correctes. Ils ont crié qu’ils mouraient de soif, que des gens s’évanouissaient et que la nuit précédente, ils avaient chaviré, tuant certaines des personnes à bord.

Le Maroc n’a pas confirmé le sauvetage avant le milieu de l’après-midi. Quarante-six personnes ont été sauvées, dont dix femmes et deux filles, et deux corps. Sept adultes et quatre enfants sont restés dans l’eau. Qu’ils reposent en paix.

Tragédie 14/05/2022

Les corps de huit personnes ont été laissés en mer, portés disparus. Deux d’entre eux étaient des femmes, dont une enceinte. Trois survivants ont été secourus par un bateau de la marine.

Quelques jours plus tôt, le 11 mai, leurs familles étaient inquiètes pour leurs proches, car elles n’avaient pas pu reprendre contact avec eux. Nous avons alerté les autorités, mais nous ne savons pas si des moyens de recherche spécifiques ont été activés.

Tragédie 13/05/2022

Cinquante-trois personnes sont parties avec des problèmes de flottabilité, elles ont décidé de retourner à la côte. Là, toutes les personnes sauf quinze ont été arrêtées. Ces quinze personnes sont retournées dans la mer.

Quelques heures plus tard, les personnes détenues ont déclaré qu’elles n’avaient plus de nouvelles de ceux qui avaient regagné la mer. Les personnes à bord d’un cayuco qui a atteint Gran Canaria les ont trouvés pendant la traversée, les ont aidés en leur donnant de la nourriture et de l’eau et ont guidé les services de secours, ce qui a permis de sauver le bateau.

Malheureusement, un garçon sénégalais est mort à bord du bateau. Qu’il repose en paix.

Tragédie 08/05/2022

Après deux jours dans l’eau et avec de nombreuses difficultés de communication avec les familles et les services de secours, ils ont réussi à entrer en contact. Ils ont dit qu’ils étaient en danger.

Les services de secours ont mobilisé des ressources pour les recherches, mais ce n’est que le lendemain qu’ils ont retrouvé le bateau à moitié coulé. Salvamento Marítimo a demandé l’aide de navires se trouvant dans la zone, mais il ne leur a pas été possible d’aider les survivants. Compte tenu de la situation d’urgence, deux hélicoptères sont partis à la rescousse : treize personnes, dont une jeune fille de dix-sept ans et une femme, ont été transférées à Tenerife et à Gran Canaria.

Les survivants ont raconté que dans la nuit du 8 mai, une mer agitée a fait chavirer le bateau et qu’ils se sont accrochés aux flotteurs du zodiac. Le bateau était déjà parti dans des conditions extrêmement vulnérables. Vingt-huit personnes ont disparu en mer.

Tragédie 27/04/2022

Cinquante-neuf personnes, dont cinq femmes, ont appelé à l’aide et donné leur position. Salvamento Marítimo a mobilisé des moyens de recherche qui ont confirmé la localisation du zodiac. Pendant le temps nécessaire à l’arrivée des secours, un cargo, sans tenir compte des indications des autorités, a secouru 43 personnes.

Les manœuvres de sauvetage effectuées par le cargo ont entraîné la disparition et la mort de trois hommes, dont les corps ont été abandonnés en mer. Qu’ils reposent en paix.

Tragédie 26/04/2022 (2)

Deux femmes et deux hommes sont montés à bord d’un petit bateau en bois. Ils sont partis de Beni Enzar pour tenter d’arriver à Melilla.

Nous ne savons pas si des moyens spécifiques ont été activés pour rechercher ce bateau par le MRCC Rabat et Salvamento Marítimo. Depuis lors, les quatre personnes sont toujours portées disparues.

Tragédie 26/04/2022

Depuis le bateau pneumatique lui-même, ils ont signalé qu’ils demandaient de l’aide aux services de secours depuis des heures. Les autorités ont indiqué que le Maroc coordonne les secours, mais qu’aucun moyen de recherche et de sauvetage n’a été mobilisé.

À bord, ils n’ont cessé d’appeler à l’aide, ils n’avaient pas de gilet de sauvetage et plus de batterie dans leurs téléphones, ils craignaient de mourir s’ils n’étaient pas secourus d’urgence. Ils avaient déjà perdu six personnes, cinq hommes et une femme. Le MRCC de Rabat a déclaré qu’il fallait encore cinq heures pour atteindre la zone. Le lendemain matin, ils ont réussi à reprendre contact, mais ils n’étaient toujours pas secourus. Le MRCC de Rabat a déclaré qu’il avait engagé des moyens, mais n’a pas pu trouver le bateau, assurant qu’il aurait atteint la côte par ses propres moyens.

Les survivants, le 27 avril, ont raconté comment ils ont atteint la plage grâce au courant marin, où la gendarmerie les attendait avec des chiens. Au lieu de leur porter assistance, ils ont forcé les chiens à les mordre, blessant les survivants. Ils ont ensuite été arrêtés.

Tragédie 25/04/2022

Lorsque le Salvamento Marítimo est venu à la rescousse, le bateau a chaviré. Vingt-quatre personnes, dont onze femmes et sept enfants, étaient portées disparues et le corps d’une femme a été retrouvé. Que les victimes du naufrage reposent en paix.

Le seul enfant survivant, M.K., est devenu orphelin après le naufrage et n’a pas encore été réuni avec sa famille. Elles attendent toujours d’être réunis et que le droit de M.K. de grandir dans une famille soit respecté.

Tragédie 21/04/2022

Les familles de cinquante-deux personnes, dont trois femmes, s’inquiètent de ne pas avoir de nouvelles de leurs proches depuis le 27 mars.

Près d’un mois plus tard, trois corps sont apparus entre Tarfaya et Laayoune, deux hommes et une femme, dans les eaux proches de la ville de Tah. La sœur de l’une des femmes disparues a reconnu le corps de la femme décédée.

Tragédie 10/04/2022

Deux personnes ont sauté à l’eau avant l’arrivée des services de secours, après avoir passé huit jours en mer depuis leur départ de Dakhla.

Tragédie 03/04/2022

Cinquante et une personnes sont parties entre Akhfennir et Tan Tan dans un canot pneumatique. Toutes ces personnes, dont dix femmes, sont toujours portées disparues.

Tragédie 27/03/2022

Soixante-cinq personnes ont quitté Nouakchott à bord d’un cayuco. Les 45 survivants, dont deux femmes et trois mineurs, ont été secourus par Salvamento Marítimo et emmenés à El Hierro.

Les familles ont déclaré que le manque de nourriture, d’eau et sept jours en mer ont entraîné la mort de dix-huit personnes, dont les corps sont portés disparus, et d’un adolescent arrivé mort.

Tragédie 12/03/2022

Quarante-cinq personnes ont été victimes d’un naufrage à bord d’une zodiac au large de Tarfaya. Quinze corps ont été retrouvés, dont dix sont portés disparus, trois sont des femmes et deux des bébés. Les trente autres personnes sont portées disparues.

Tragédie 02/02/2022

Les 57 personnes, dont deux femmes, ont quitté le Cap Boujdour le 31 janvier dans un bateau qui, au troisième jour dans l’eau, a commencé à se briser. Le naufrage s’est produit à 35 km de Fuerteventura. Seize personnes ont disparu et le corps d’un homme a été retrouvé.

Tragédie 25/01/2022

Lorsque les vingt-sept personnes à bord du pneumatique ont pris contact, elles ont donné leur position et ont été immédiatement transférées aux services de secours. Lors d’appels ultérieurs, ils ont prévenu que leur situation empirait et que si des secours d’urgence n’étaient pas mobilisés, ils mourraient. Les services de secours sont arrivés six heures après le premier appel , alors que de nombreuses personnes étaient déjà dans l’eau depuis des heures.

Ce n’est que le lendemain matin que les détails du sauvetage ont été communiqués : neuf survivants, sans que l’identité et le sexe des survivants soient précisés, ce qui a provoqué une angoisse prolongée pour les familles. Dix-huit personnes, dont sept femmes et un bébé, ont été victimes du naufrage sans que leurs corps aient été recherchés ou retrouvés. Qu’ils reposent en paix.

Tragédie 16/01/2022

Pendant des heures, les cinquante-trois personnes à bord du bateau ont imploré de l’aide. Les services de secours avaient même une position, mais le sauvetage a été retardé. Ils ont sauvé dix survivants, dont six femmes, et deux morts.

Tragédie 10/01/2022

Le matin du 10 janvier, une position est envoyée depuis une yole. Nous avons immédiatement transmis l’information aux services de secours et avons régulièrement appelé pour vérifier s’il y avait des nouvelles du bateau. À midi, un parent a appelé pour dire qu’ils avaient des problèmes, que le bateau avait heurté une bosse en sortant, tandis que le MRCC a confirmé qu’il avait un navire dans la zone.

Il n’y a plus eu de nouvelles de la yole jusqu’au lendemain, lorsque le MRCC a déclaré avoir reçu une position. Bien qu’ayant la position, le sauvetage du bateau n’a pas été effectué, étant évident le manque de moyens activés pour la recherche.

À ce jour, les soixante-huit personnes sont toujours portées disparues.

Tragédie 08/01/2022

Au petit matin du 8 janvier, vingt-huit personnes sont parties en canot pneumatique de Dar El Kebdani. Ce n’est qu’à midi, alors qu’ils avaient déjà perdu la communication avec le zodiac, que nous avons reçu l’alerte et l’avons immédiatement transmise aux services de secours publics. Nous ne savons pas quelles méthodes de recherche ont été activées cet après-midi-là, mais ce qui est certain, c’est qu’aucun moyen n’a été mobilisé spécifiquement pour rechercher ces personnes.

Pendant la nuit, il a été possible de contacter à nouveau le navire, mais aucun moyen n’a été activé jusqu’aux premières heures du matin. Un moyen maritime aux premières heures du matin et un moyen aérien le lendemain matin, alors qu’il était déjà trop tard. Le sauvetage maritime a appelé notre Collectif en demandant si nous avions plus d’informations sur les personnes à bord : s’il y avait des femmes, combien de personnes étaient à bord, si elles étaient d’origine subsaharienne… Des données qu’ils avaient depuis des heures, signe de la négligence du sauvetage maritime dans la collecte d’informations sur les personnes en danger et l’activation des moyens de recherche.

Quelques jours plus tard, la mer a ramené cinq corps, quatre femmes et un homme, qui, à ce jour, attendent toujours d’être identifiés et enterrés selon le rite musulman, des croyances que leurs familles disent avoir professées de leur vivant.

Tragédie 07/01/2022

Quatorze personnes, dont au moins deux mineurs, ont quitté le Cap Falcon le 31 décembre 2021. Ce n’est que le 7 janvier 2022 que nous avons été alertés par la famille de l’un des adolescents. À ce jour, les familles cherchent toujours des réponses à la disparition de leurs proches.

Tragédie 05/01/2022

Cinquante-neuf personnes parties au sud de Laayoune ont disparu dans le canot pneumatique à bord duquel elles se trouvaient. Les familles espèrent toujours avoir des nouvelles d’eux à un moment donné.

Tragédie 04/01/2022

Dans l’après-midi du même jour, le bateau a fourni sa position GPS et l’a transmise aux services de secours. Ce n’est que dans la matinée du 5 que le sauvetage a été confirmé, auquel des navires américains ont également participé. Trois personnes ont disparu, deux corps ont été retrouvés.

Tragédie 17/12/2021

Un homme décédé est arrivé à bord d’un canot pneumatique avec cinquante-neuf autres personnes, dont neuf femmes et un enfant. Ils avaient alerté ce jour-là en disant qu’ils étaient échoués, ils ont été secourus par Salvamento Marítimo.

Tragédie 11/12/2021

Deux cayucos ont quitté Nouakchott en même temps avec au moins quarante personnes chacune. L’un d’eux a atteint le Maroc, mais on est sans nouvelles de l’autre cayuco.

Tragédie 08/12/2021

Ils ont appelé en disant que soixante personnes étaient en train de couler, dont quinze femmes et cinq enfants, qui avaient quitté Tarouma tôt le matin dans un canot pneumatique. Nous avons essayé de rappeler, mais le téléphone était éteint. Ils étaient très proches de la plage, trente et une personnes ont survécu, sept corps ont été retrouvés et vingt-deux personnes étaient portées disparues.

Tragédie 26/11/2021

Ce jour-là, il y avait une tempête, les conditions de navigation et de sauvetage étaient difficiles. Les ressources limitées de recherche et de sauvetage ont rendu difficile la localisation de l’embarcation. Les téléphones à bord ont fonctionné toute la journée, mais on ne pouvait entendre que le vent. Lorsqu’il a été secouru, un homme et une femme étaient morts à bord.

Tragédie 02/11/2021 (2)

L’embarcation, avec 49 personnes à bord – dont 26 femmes et 11 enfants – est toujours portée disparue.

Tragédie 01/11/2021

Trente-cinq personnes, dont 14 femmes et 12 enfants, sont toujours portées disparues après avoir quitté le Cap Boujdour.

Tragédie 19/10/2021

Le 29 octobre, dix jours après le départ de vingt-quatre personnes de Tanger, un proche a alerté qu’il n’avait toujours pas pu les contacter. Parmi les personnes à bord se trouvait une famille syrienne, dont les grands-parents et quatre enfants. Ils sont toujours portés disparus.

Tragédie 18/10/2021

Depuis que les familles ont perdu le contact avec leurs proches à bord un jour après le départ, il n’y a plus de nouvelles du canot ou de ses occupants.

Tragédie 17/10/2021

Ils ont appelé depuis un pneumatique car ils coulaient le matin près de Blaya (Laayoune). Ils ont envoyé une position, mais l’Espagne a dit qu’ils n’arriveraient pas à temps pour le sauvetage et le Maroc a donné l’impression qu’ils ne se préparaient pas.

Au final, les deux pays ont mobilisé des moyens de secours, le Maroc a sauvé soixante-dix personnes. Les survivants ont déclaré qu’il y avait en fait soixante-treize personnes, dont trois sont restées dans l’eau.

Tragédie 16/10/2021

Deux personnes ont survécu au naufrage de l’embarcation à laquelle elles étaient avec douze autres personnes, dont une femme. Quelques jours plus tard, les corps de deux personnes ont été retrouvés, tandis que dix personnes étaient toujours portées disparues.

Tragédie 12/10/2021

Cinquante-deux personnes, dont douze femmes et deux enfants, ont quitté Lamsid à bord d’un zodiac gris. On n’a plus entendu parler d’eux depuis.

Tragédie 09/10/2021

Vingt-quatre personnes survivantes maghrébines ont déclaré que dix personnes étaient mortes dans l’eau à leur arrivée à Gran Canaria.

Tragédie 02/10/2021

Un cayuco blanc a disparu avec 62 personnes, dont cinq femmes, après avoir quitté Nouakchott le 27 septembre.

Tragédie 01/10/2021

Trois jours après le départ du bateau du Cap Boujdour, des familles ont été alertées de la disparition de leurs proches à bord d’une embarcation avec 41 personnes, dont 17 femmes et deux enfants.

Tragédie 30/09/2021

Quarante et une personnes ont été portées disparues après avoir fait naufrage alors qu’elles tentaient de rentrer. Deux jours plus tôt, elles ont appelé à l’aide, mais les ressources n’ont été mobilisées que lorsqu’il était trop tard.

Deux femmes et trois hommes ont été recueillis comme survivants, et seize corps ont été transportés à la morgue de Dakhla. Des proches se sont présentés pour procéder à l’identification, mais on leur a dit qu’ils ne pouvaient pas le faire sans autorisation, alors ils se sont rendus dans les ambassades pour la demander. La plupart sont originaires de Guinée Conakry et de Côte d’Ivoire.

Tragédie 28/09/2021

Trente-deux personnes, dont neuf femmes et quatre enfants, ont disparu à bord d’un canot pneumatique vert.

Tragédie 25/09/2021

Lorsque l’embarcation a été secourue, les survivants ont indiqué que la sœur aînée d’une fille de six ans avait été abandonnée dans l’eau dès qu’ils ont quitté Tarfaya.

Tragédie 24/09/2021

Une embarcation pneumatique gris et blanc avec cinquante et une personnes à bord, dont douze femmes, a été recherchée sans succès par les autorités. A ce jour, il n’y a toujours pas de nouvelles du bateau.

Tragédie 14/09/2021

Soixante-deux personnes, dont des femmes et des enfants, ont disparu à bord d’une embarcation qui a quitté Boujdour le 13 septembre.

Tragédie 01/09/2021

Le 1er septembre, la marine marocaine a retrouvé les corps de 22 personnes, dont 21 femmes et une fillette de deux ans. Après les premières identifications, il a été constaté que les femmes se trouvaient sur l’embarcation qui est partie avec 86 personnes à bord, dont 36 femmes et 16 enfants.

La marine n’a trouvé aucun survivant, dix femmes ont été identifiées, cinq de Côte d’Ivoire et cinq de Guinée Conakry. Elles ont été identifiés par les autorités, leurs corps sont à Boujdour. La fille est née à Nador, où sa mère est arrivée enceinte. Toutes les femmes ont été enterrées le 02/09 toutes ensemble à la périphérie de Boujdour, car selon les autorités il n’y avait pas de place à la morgue. Elles ont été enterrées sans laver leurs corps, sans les emmener au cimetière musulman, sans prière ni enterrement rituel.

Tragédie 31/08/2021

Ils sont partis à 20 km au nord de Tan-Tan dans un zodiac gris de quarante-deux personnes. Neuf personnes, dont sept hommes et deux femmes, sont mortes pendant les quatre jours où elles sont restées dans l’eau et ont été abandonnées en mer. Le corps d’un homme décédé est arrivé à bord au moment du transfert à Fuerteventura.

Tragédie 26/08/2021 (4)

Peu avant d’être secourue, l’embarcation a coulé. Les services de secours ont réussi à récupérer deux mineurs, deux femmes et vingt-quatre hommes alors qu’ils étaient déjà dans l’eau. Les corps de trois femmes ont été retrouvés le jour même du sauvetage. Les corps de sept autres hommes sont toujours portés disparus.

Tragédie 26/08/2021

Soixante-huit personnes sont parties à 60 km au nord de Dakhla dans un canot pneumatique blanc. Après cinq jours sur l’eau, quatre enfants, cinq hommes et treize femmes ont disparu. Les survivants étaient 27 femmes, neuf enfants (dont un bébé de trois semaines) et 21 hommes.

Tragédie 25/08/2021

Sur les trente-neuf personnes qui sont initialement montées à bord de l’embarcation, onze d’entre elles ont disparu – trois femmes et huit hommes – après six jours sur l’eau.

Tragédie 22/08/2021

Ils étaient sortis de Boujdour depuis deux jours lorsque 66 personnes ont été retrouvées à bord d’un canot pneumatique par un bateau de pêche, qui a alerté les services de secours. Les personnnes survivantes ont signalé qu’un homme a été porté disparu pendant ces deux jours.

Tragédie 17/08/2021 (3)

Une embarcation avec vingt-sept personnes (treize femmes et un adolescent) et quatre corps (une femme de 25 ans, un homme d’une trentaine d’années originaire du Mali – sa femme est une survivante -, une femme d’une trentaine d’années et une fille de 6 à 10 ans) a été localisée à 500 km au sud d’El Hierro. Elle a été secourue par un bateau de pêche jusqu’à son sauvetage. Une femme enceinte âgée de 40 à 44 ans est décédée pendant son transfert sur l’île. Toutes les femmes décédées étaient originaires de Côte d’Ivoire.

Tragédie 17/08/2021

Il s’agissait d’un pneumatique gris et noir, qui est parti avec cinquante-quatre personnes à bord. Sept personnes ont survécu, dont une femme. Sur les 47 victimes, trois hommes sont morts à l’hôpital et 44 sont portés disparus.

Les survivants ont déclaré avoir demandé de l’aide à des bateaux de pêche, qui leur ont donné de l’eau, mais n’ont pas prévenu les services de secours. À la dérive pendant deux semaines, ils sont morts de soif et de faim. Les corps ont été laissés à bord pendant un certain temps, puis rejetés à la mer. Maintenant, après le naufrage à Nouadibu (Mauritanie), ils attendent d’être expulsés vers le désert. Ils ne veulent pas être expulsés, mais traités comme des naufragés.

Tragédie 11/08/2021

Quarante-sept personnes, dont onze femmes et une fille, ont passé deux semaines dans l’eau jusqu’à ce qu’elles soient localisées par un navire marchand. Vingt-neuf de ces personnes étaient des Nord-Africains (quatre femmes et une fille), et dix-huit étaient des Africains subsahariens (sept femmes, dont une enceinte). Quatre personnes ont été portées disparues pendant le sauvetage, en plus de huit autres qui sont décédées pendant qu’elles étaient à bord du Cayuco. Vingt-quatre hommes, neuf femmes et une fille ont survécu. Une des femmes est morte alors qu’elle se trouvait à bord du navire.

Tragédie 09/08/2021

Naufrage face aux côtes de Tarfaya. Sur un total de 58 personnes, quinze ont disparu, les corps de deux femmes et d’un homme ont été retrouvés. L’une des survivants a déclaré que dès qu’ils sont sorties, les vagues étaient plus hautes que le zodiac, elles emmenaient les gens. Les personnes survivantes ont été déplacées de force, emmenées dans le désert. La plupart d’entre eux étaient des personnes originaires des îles Comores.

Tragédie 06/08/2021

Les 40 personnes, dont dix femmes et cinq enfants, n’ont donné aucun signe de vie depuis qu’elles ont embarqué sur un canot pneumatique le 6 août.

Tragédie 04/08/2021 (3)

Une embarcation qui était partie la veille a fait naufrage le 4 août dans la région de Dakhla. Dès qu’ils sont partis, ils ont commencé à couler jusqu’à ce qu’une vague les fasse chavirer. Ils ont été trouvés par des pêcheurs qui ont à leur tour alerté la gendarmerie, et le corps d’une jeune fille a été retrouvé. Six femmes et quatre hommes ont survécu.

Tragédie 04/08/2021 (2)

La veille, le 3 août au soir, soixante-deux personnes, dont sept femmes et deux enfants, ont quitté Blaya à bord d’un canot pneumatique. A ce jour, il n’y a plus de nouvelles d’eux.

Tragédie 04/08/2021

Au moins soixante-quinze personnes ont appelé, nous ne connaissons pas le nombre de femmes à bord, dans un canot pneumatique qui coulait au large de Blaya à une heure du matin. Ils ont dit qu’ils coulaient depuis trois heures et qu’ils appelaient les autorités à l’aide. Nous avons envoyé une position, mais les autorités marocaines ne voulaient pas sortir. Ils ont été secourus à quatre heures et demie du matin. Selon les survivants, trois personnes ont été déclarées mortes.

Tragédie 19/07/2021

Un cayuco avec soixante-dix personnes à bord, dont cinq femmes, deux enfants et un bébé, a quitté Nouakchott le 16 juillet. Ils transportaient deux téléphones, qui ont émis un signal le 3 août, mais personne n’a jamais répondu à l’appel. Les soixante-dix personnes sont portées disparues.

Tragédie 17/07/2021

Les personnes survivantes ont déclaré qu’elles ont passé trois jours dans les eaux internationales, mais que personne ne les a secourues. Elles ont décidé de faire demi-tour, atteignant la zone mauritanienne, puis ont poursuivi leur route jusqu’à ce qu’elles soient secourus par la marine marocaine. Une femme, un homme et leur fils sont morts.

Tragédie 12/07/2021 (2)

Bien que cette embarcation ait été alertée le jour du départ, ce qui est crucial pour augmenter les chances de retrouver les personnes à bord en vie, elle n’a jamais été localisée.

Tragédie 12/07/2021

Quatorze personnes, dont trois femmes et deux enfants, ont été secourues par un bateau de pêche. Les 16 autres personnes sont mortes en mer, dont quatre Nord-Africains. L’embarcation était pourrie, l’eau entrait par les poutres.

Tragédie 04/07/2021

Ils sont partis à 160 km au nord de Dakhla dans la nuit du 2 juillet. Depuis ce moment, on est sans nouvelles de ces trente-deux personnes.

Tragédie 29/06/2021

Vingt-quatre personnes sont parties à 30 km au sud de Dakhla, aucune des personnes à bord n’a été entendue à nouveau.

Tragédie 27/06/2021

Une personne a été portée disparue pendant le sauvetage. Une femme a été recueillie par le Salvamento Marítimo de Canarias lorsqu’elle est tombée à l’eau alors que la marine marocaine procédait au sauvetage.

Tragédie 26/06/2021 (2)

Ils ont appelé leurs familles pour les avertir que le zodiac était perforé, qu’ils étaient en train de couler. Vingt-deux survivants, dix-sept hommes et cinq femmes, ont été secourus par un bateau de pêche dans la soirée du 22.

Tragédie 26/06/2021 (1)

Quarante-sept personnes sont parties à 50 km au nord de Dakhla dans un canot pneumatique. Elles ont été portées disparues depuis.

Tragédie 24/06/2021

Après plus de deux semaines dans l’eau, le bateau a été secouru, avec deux morts et douze disparus.

Tragédie 18/06/2021

Parmi les quarante et une personnes secourues, elles ont déclaré qu’un homme était mort en chemin et que son corps avait été laissé dans l’eau.

Tragédie 17/06/2021

Ils ont appelé en disant qu’ils avaient des problèmes et qu’ils coulaient. Naufragés près du port de Lozola de Lanzarote, les corps de deux femmes, d’un enfant et d’un homme ont été retrouvés.

Tragédie 04/06/2021

L’embarcation a fait naufrage pendant le sauvetage, dix-sept personnes étaient portées disparues, dont trois femmes. Quatre des 28 survivants ont dû être emmenés à l’hôpital, tandis que les autres ont été déportés.

Selon les survivants, les manœuvres de sauvetage ont provoqué l’accident et les corps n’ont pas été recherchés.

Tragédie 30/05/2021

Les cinquante-deux personnes présentes sur l’embarcation sont toujours portées disparues.

Tragédie 22/05/2021

Ils sont partis à 100 km au nord de Dakhla dans un bateau en bois aux premières heures du matin. Parmi les trente-deux personnes disparues, deux sont des adolescentes âgées de 13 et 15 ans.

Tragédie 20/05/2021

Sept personnes ont ramé dans une embarcation « jouet » qui était partie de Tanger, jusqu’à ce qu’ils décident de faire demi-tour. A leur retour, le bateau a coulé. La seule survivante est une jeune femme qui est revenue à la nage avec un bébé de deux ans dans un de ses bras.

Tragédie 02/05/2021

Le bateau entier avec vingt-quatre hommes, vingt et une femmes et quatre enfants a disparu.

Tragédie 27/03/2021

Trois personnes ont survécu au naufrage de l’embarcation, dont deux mineurs, et le seul adulte survivant a été arrêté pour trafic. Les corps de cinq hommes, d’une mère et de sa fille ont été retrouvés. Quatre personnes sont toujours portées disparues.

Tragédie 26/03/2021

Les familles ont alerté le 24 mars. L’embarcation a chaviré pendant le sauvetage, les corps de trois hommes ont été récupérés, deux femmes et un homme étaient portés disparus.

Tragédie 24/03/2021

Le zodiac avec quatre enfants, dix femmes et trente-cinq hommes à bord a disparu après que plusieurs appels à l’aide aient été reçus alors que le bateau avait chaviré.

Tragédie 17/03/2021

L’embarcation avec onze hommes, vingt et une femmes et neuf enfants a disparu complètement quelques jours après avoir quitté Dakhla le 14 mars à 4h00 utc.

Tragédie 20/02/2021

Embarcation disparue avec toutes les personnes à bord. Dernière nouvelle dans la nuit du 20 février.

Tragédie 06/02/2021 (1)

Trente-cinq survivants ont été secourus par les services de secours marocains après des jours de dérive. Trois bébés et un jeune homme sont morts de froid et de soif.

Tragédie 02/02/2021 (2)

Soixante-douze personnes à bord d’un cayuco blanc ont disparu sur la route des îles Canaries. Nous avons reçu l’alerte lorsqu’ils étaient dans l’eau depuis plus de dix jours.